Quelles sont les professions les plus concernées par la pénibilité au travail ?

Le plus souvent, la plupart des professions de nos jours sont presque tous concernées à la pénibilité au travail. En effet, les salariés sont exposés à des risques professionnels, dont les risques psychologiques et les risques physiques, qui les affectent directement.

Quand une profession est considérée comme pénible ?

En général, un métier est défini comme pénible quand il répond à certains critères. Quand il y a des contraintes physiques au travail (comme la fatigue), une pénibilité mentale ou émotionnelle (avec le stress),  des risques professionnels ou des risques de sécurité en plus des soucis d’organisation au travail (trop de pression au travail), ce dernier est considéré comme pénible. Le degré de pénibilité au travail est actuellement plus élevé, c’est-à-dire que les employés s’exposent plus aux risques professionnels qu’atteindre une retraite anticipée.

Pour cela, un plan de prévention & pénibilité au travail avec ID Prévention serait requis pour chaque établissement.

Quelles sont les professions les plus exposées à la pénibilité ?

Principalement, il existe dix (10) professions qui sont les plus concernées par la pénibilité au travail. Il s’agit donc des employés ou ouvriers qui sont exposés aux risques psychosociaux et aux risques physiques.

Les ouvriers des travaux publics dans le domaine du BTP (Bâtiments et Travaux Public) qui sont les conducteurs d’engins figurent parmi les plus touchés. Leur travail consiste en la préparation des terrains, creusement et en déblayage avec des matériaux et outils de construction manuels ou mécaniques. Ces salariés devraient être prudents pour se protéger des accidents ou des incidents.

Les ouvriers des entreprises industrielles s’exposent le plus souvent au divers bruit et à une manque d’indépendance, car la plupart du temps ils se trouvent toujours au travail.

Les caissiers effectuent dans la plupart de temps des tâches répétitives, d’où ils s’exposent à des tendinites et à de mal au dos.

Les agriculteurs, les cultivateurs, les éleveurs et les bûcherons sont toujours occupés au champ, et par conséquent ces métiers sont défavorables pour la santé psychologique.

Les employés de sécurité et de gardiennage ont des professions désagréables car le plus souvent ils devraient travailler toute la journée entière pour surveiller un endroit.

Les sages-femmes et les infirmiers s’exposent à des troubles émotionnels avec des patients compliqués, et à des conflits éthiques dans les hôpitaux car ces métiers sont aussi difficiles.

Les employés des assurances et de la banque sont aussi confrontés à des conflits éthiques au travail, à diverses tâches administratives et à les effectuer le plus rapidement possible.

Les aides-soignants s’exposent le plus souvent à des fatigues psychologiques et physiques car ils devraient assurer dans la plupart du temps le confort et l’hygiène de leurs patients.

Les boulangers, les charcutiers et les bouchers sont parmi les métiers les plus désagréables car les conditions de travail sont très difficiles et affectent le moral.

Les cuisiniers et les employés d’hôtellerie (maître d’hôtel, serveurs,…) s’exposent aussi aux divers bruits et à un manque d’indépendance.

Prévention des risques professionnels

Chaque entreprise devrait toujours opter pour une prévention des risques professionnels, afin de pouvoir assurer la santé au travail de tous les employés. De ce fait, cette prévention contribue à la mise en œuvre des dispositions internes et à la préservation de la sécurité et de la santé des employés. L’important est donc de fournir un bien-être favorable dans l’environnement interne de l’entreprise.

Pourquoi le bien être en entreprise est devenu un des enjeux majeurs pour les patrons ?
Santé au travail : quel est le rôle du CHSCT ?